Le Clos du Lecteur

Association gérant la bibliothèque de Peaugres

[Achat de mars 2016] et GROS COUP de CŒUR

Un énorme coup de cœur pour ce livre plein d’humanité et de tendresse.

malzieu blogLe Journal d’un vampire en pyjama est un livre intense, un témoignage, l’histoire d’un Homme face à la maladie, un Homme qui bien sûr a peur mais qui ne baisse pas les bras, lutte avec force et courage, humour et autodérision.  Pour en parler, j’ai choisi de vous livrer de nombreux passages qui vous en diront beaucoup plus que ma prose.

Tout commence le 6 novembre 2013. Mathias Malzieu considère son « écrasante fatigue comme un phénomène à peu près normal. Pas de vacances depuis deux ans, peu de sommeil ». Mais, impossible de ralentir alors qu’il prépare la sortie de son premier long métrage « Jack et la mécanique du cœur »… Pourtant, alors que la journée se termine, effrayé par les symptômes, il décide de faire une prise de sang le lendemain matin… et le 7 novembre tout bascule : un coup de téléphone quelques heures à peine après le prélèvement… Hémoglobine, plaquettes, polynucléaires ont des taux anormalement bas. Le médecin l’invite à se rendre immédiatement à l’hôpital le plus proche pour une transfusion et des examens complémentaires …

Et commence alors une épopée de un an au côté de «Dame Ocles », parmi les » nymphirmiéres » . Avec beaucoup de poésie et d’autodérision Mathias Malzieu raconte son statut de malade « Pourtant je suis un vrai vampire : je dois me procurer du sang pour rester en vie. Et j’ai une dégaine de flocon de neige. » Quand il exprime son angoisse dans l’attente d’un donneur de moelle, rien de pathos, juste un petit jeu de mot  « Je crois encore au Père Moelle, mais j’ai des doutes. (….) Elle (l’hématologue) jongle avec l’espoir comme avec des balles en porcelaine. Elle se débrouille pour ne pas les faire tomber ». Quand aux aléas de la maladie et à ses angoisses face à l’avenir, il les décrit ainsi « Le carambolage émotionnel continue. Ambiance montagnes russes sans barrières de sécurité, qui plus est dans un wagonnet pourri : j’apprends que je vais devoir passer les fêtes à l’hôpital ». Comment ne pas sourire quand il se décrit ainsi : «  Mi- Fantomas, mi-Moby. Et dans les bras de Rosy, j’ai l’impression d’être  Benjamin Button à la fin de l’histoire. Un nouveau-né fripé. Nosferatu en pull marin. »

L’auteur évoque également le soutien de ses proches «  Ils sont mon essence, mon gaz et mon électricité » et en particulier de Rosy « son amoureuse »  à qui il décerne son « diplôme d’amourologie avec les félicitations du jury ». Ce témoignage, est aussi un hommage aux soignants de « l’hématologue à la voix douce » aux « nymphirmières »,  à leur présence chaleureuse, leur écoute, leur empathie.

Avant de lire ce fabuleux roman, j’avoue à ma grande honte que ne connaissais l’auteur et son groupe Dionysos que de nom…. Quelle lacune ! Que de talents pour un seul Homme ! J’écoute maintenant leur musique et apprécie particulièrement leurs clips dont Vampire de l’amour.

Et il me tarde de lire  Jack et la mécanique du cœur et aux Métamorphoses en bord de ciel, deux autres romans de Mathias Malzieu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 30 mars 2016 par dans Nos coups de coeur, Nouveautés du mois, et est taguée , , .