Le Clos du Lecteur

Association gérant la bibliothèque de Peaugres

Prix Goncourt et Renaudot 2014

Ils sont disponibles à la bibliothèque!

pleurer blogPas pleurer de Lydie SALVAYRE
Prix Goncourt 2014

Un roman à deux voix entrelacées, qui présente deux visions de la guerre civile. Celle, révoltée, de Bernanos, qui dénonce la terreur et celle, de Montse, la mère de la narratrice, qui a tout gommé de sa mémoire, sauf l’euphorie qu’elle ressentait face à ce courant libertaire.
C’est le genre de livre qu’on aime ou qu’on déteste. Les joies, les mirages et les déceptions de la révolution, le soutien massif et inacceptable de l’église espagnole, les assassinats sauvages, l’exode final… Tout cela est superbement décrit. On ne peut que s’attacher à Montsoe, qui en raison de sa maladie fait fi des conventions sociales qu’elle avait pourtant scrupuleusement respectées toute sa vie. L’utilisation du fragnol (mélange français/espagnol) et d’expressions espagnoles nous rapprochent d’elle et rendent le récit très émouvant. Mais le point fort de ce roman est aussi son point faible. Pour ceux qui, comme moi, ne sont pas hispanisants, il est compliqué de « rentrer à dans l’histoire ». Pourquoi l’éditeur n’a-t-il pas traduit, en bas de page, les phrases en espagnol ?

charlotter blogCharlotte de David Foenkinos
Prix Renaudot 2014

Portrait émouvant d’une jeune artiste peintre: Charlotte Salomon que Foenkinos a découvert à l’occasion d’une exposition de ses toiles à Hambourg : « Ce fut immédiat. Le sentiment d’avoir enfin trouvé ce que je cherchais. » Depuis, la vie de cette femme est devenue son obsession et il a mené l’enquête et reconstitué son parcours. Née en 1917 dans une famille juive de Berlin, Charlotte l’antisémitisme après la Nuit de Cristal fin 1938, et rejoint ses grands-parents à Villefranche-sur-Mer. Dénoncée, elle meurt à Auschwitz à l’âge de 26 ans, enceinte de cinq mois.
La forme du récit est originale et là encore, ne laisse pas indifférent : c’est une succession de courtes phrases avec retour systématique à la ligne, une sorte de long poème en prose. Certains y verront l’expression de l’obsession de l’auteur, d’autres une intensité dramatique et d’autres encore seront déstabilisés et ne parviendront pas à rentrer dans l’histoire.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s