Le Clos du Lecteur

Association gérant la bibliothèque de Peaugres

Achats septembre 2014

oubligL’oubli de HEALEY Emma
Classé dans la catégorie « Polar » ce roman détonne parmi les classiques du genre. Peu d’action, un rythme lent, pas d’enquête à proprement parler, pas de rebondissements en série. Non, l’essentiel se passe dans le cerveau de Maud, octogénaire atteinte par Alzheimer. Maud ne cesse de retrouver des petits papiers dans ses poches, notamment ceux qui indiquent que « Elizabeth a disparu ». La maladie psychiatrique est finement mise en place, entre la mémoire immédiate qui s’efface de plus en plus vite et les souvenirs d’enfance qui s’ affinent peu à peu.
Un thriller psychologique, en double mystère, au montage impeccable et à l’écriture ciselée. Ce roman est terrifiant, car tout sonne vrai : le contexte de la maladie d’Alzheimer, le poids angoissant et violent de la pathologie sur le malade mais aussi sur l’entourage proche. Maud est vraiment très attachante, elle suscite émotion et empathie.
Un très bon roman, entre drame et suspense qui ne laisse pas indemne, qui ne sombre jamais dans le pathos et qui est éclairé par des pointes d’humour britannique rafraîchissantes.

vie revee onstad
La vie rêvée des gens heureux 

de Katrina ONSTAD
Du jour au lendemain, Ana et James deviennent parents en accueillant Finn, le fils d’un couple d’amis. qui ont eu un terrible accident de voiture… L’arrivée de Finn va bouleverser l’équilibre du couple. Bousculant les préjugés de la société, l’auteur montre une femme qui n’a pas l’instinct maternel, contrairement à son mari..Au chômage depuis peu, James accueille à bras ouverts le petit Finn, qu’il voit déjà comme son propre fils, tandis qu’Ana, obsédée par l’ordre et la propreté, aussi efficace chez elle que dans son boulot d’avocate, le vit comme une intrusion qu’elle ne parvient pas à accepter.

La Vie rêvée des gens heureux est ainsi un roman touchant, plein de tendresse qui dénonce le « mythe » de l’instinct maternel. L’auteur décrit avec justesse (et dureté) les hauts et des bas de la vie d’un couple, confronté au chômage, à l’infidélité et à l’échec de la procréation médicalement assistée…
Extrait: « Qu’était-on censé éprouver en devenant mère? Sûrement pas ce sentiment proche de la terreur qui la tenaillait. Et James la laissait seule avec sa frayeur pour aller jouer au hockey. »

étoileL’Etoile immobile

de Patrick Breuzé
Automne 1602, dans la vallée du Haut-Giffre en Savoie, la moitié du sommet appelé Tête Noire s’effondre. Plusieurs millions de tonnes de roche dévalent les pentes dévastant un village de plusieurs centaines d’âmes. Les survivants, coupés du monde, s’organisent tant bien que mal sous l’égide de deux hommes que tout oppose : Humbert, un chanoine exalté qui voit dans le cataclysme une punition divine et Valaire, un homme inquiétant, contrebandier et faux-saunier.
Un magnifique roman : Un drame montagnard qui nous entraîne sur les terres du Haut Giffre, Des personnages confrontés à une situation extrême, tiraillés entre le bien et le mal, et dont on ne saura pas avant les toutes dernières pages de quel côté les fera basculer leur destin.

Et enfin pour les plus jeunes:

parapluie blogLe parapluie de Madame Hô

de Agnès de Lestrade

« Madame Hô ne sortait jamais sans son parapluie. Il lui servait de canne pour soutenir son dos fatigué, l’abritant du soleil, ou la protégeant de la pluie. Parfois même, depuis la mort de son mari, il était son confident. »
Quand une bourrasque de vent lui arrache son parapluie, qui s’envole au loin, Madame Hô se lance à sa recherche, La pluie redouble de violence. Le hasard des rencontres lui réserve de bien belles surprises.

Un magnifique album, très ludique, aux pages bien épaisses qui peut voyager entre les mains des petits. La solitude de madame Hô, sa fragilité, le réconfort et les promesses d’une rencontre sont suggérés en peu de mots, une main ouverte, du thé fumant, deux parapluies qui s’envolent ensemble. Du vert, du rouge, du blanc et du noir, jamais on ne croise le visage de Madame Hô dont on ne voit qu’une main, un bras et parfois le haut de son front et sa coiffure noire d’ébène ornée d’une fleur blanche et rouge.

petit chasseur de bruitPetit chasseur de bruits

de

Sylvie POILLEVE  et Eric BATTUT 

C’est l’histoire d’un drôle de petit bonhomme, haut comme trois pommes, qui vit dans un pays silencieux, et qui entreprend un grand voyage pour aller chercher des bruits.
Cet album n’est pas récent puisqu’il date de 2007, mais il est irrésistible. Nous nous devions de l’avoir en rayon!

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s