Le Clos du Lecteur

Association gérant la bibliothèque de Peaugres

[Coup de coeur]: le pain de lune de Claude Vincent

le pain de lune     Un gamin effronté vient troubler la quiétude d’Abel qui, comme chaque soir, assis sur son banc, regarde «sombrer le jour». Le vieil homme et son épouse Sophie vivent en osmose avec ce haut plateau ardéchois où ils sont ancrés depuis leur naissance. Ils savent apprécier au quotidien les petits bonheurs qui constituent toute leur richesse.

L’incursion de Justin bouleverse la vie du couple. Chaque matin comme son père et son grand père avant lui Abel se ressource sur le pas de sa porte en regardant la nature s’éveiller. Cette habitude, comme d’autres, irrite sa belle fille, qui a l’impression d’être surveillée, et son fils qui, sans un mot, passe devant lui pour aller traire les vaches. Ils ne se parlent plus beaucoup ce père et ce fils, par pudeur, parce que «le travail pousse aux fesses», mais aussi, après toutes ces années de silence, par peur d’être incompris ou de blesser l’autre.

Justin les replonge dans le passé lorsqu’il monte à la cime du vieux frêne come Manon leur fille ou lorsqu’il qu’il ose s’asseoir dans son fauteuil et câliner sa poupée, ce que personne n’a osé faire depuis son décès il y a une dizaine d’années. Certes la blessure est toujours là, mais grâce à l’enfant, ils réapprennent à rire.

Une merveilleuse relation s’établit entre le vieil homme et l’enfant, une complicité qu’Abel n’a pas établie avec Frédéric son petit fils, qui a dix huit ans fait «sans trop forcer » des études et pendant les vacances préfère « la griserie de sa moto à la monotonie des près ». « A l’enfant, Abel a envie de transmettre tout ce qu’il a reçu (…) des choses apprises par ce grand père que Julienne (sa belle fille) traitait, pour en avoir entendu parler, de « rêvassier » …«Il raconte Abel, lui d’ordinaire si sobre en paroles, il dit son pays comme il n’a peut être jamais osé à d’autres qu’à lui-même». Cette relation m’a emplie de nostalgie…que n’ai-je eu ces échanges avec mes grands parents… Saurais-je transmettre à mon tour ma vision du monde à mes enfants ?

Ce roman est une histoire forte et tendre pleine de poésie qui nous fait découvrir avec les yeux d’Abel les magnifiques paysages d’Ardèche. Une écriture simple qui nous plonge dans l’intimité des personnages, nous fait partager les sentiments du couple, dont la tendresse réciproque au bout de toutes ces années force l’admiration.

    Le pain de lune m’a tenu en haleine jusqu’aux dernières pages et je l’ai lu d’une traite. Le seul reproche que je ferais est l’utilisation, trop fréquente à mon goût, en début de phrase, de l’inversion du sujet et du verbe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 23 juillet 2014 par dans Nos coups de coeur, et est taguée , , , .